Archives du Baromètre Energies

(Paris, le 7 octobre 2016)

 

Quels sont les choix opérés par les gestionnaires de flotte en matière d’énergies ?

Pour répondre à cette question, l’Observatoire du véhicule d’entreprise réalise chaque trimestre une analyse des immatriculations des véhicules particuliers sous l’angle de la répartition par énergies.

Et pour élargir les perspectives, l’OVE propose également de suivre l’évolution du marché national global, qui prend en compte toutes les immatriculations réalisées en France sur la même période.

 

Ce qu’il faut retenir sur le marché des entreprises :

  • Au troisième trimestre 2016, la part des immatriculations de véhicules particuliers essence poursuit sur la même tendance qu’au trimestre précédent, à savoir une lente érosion. L’essence représente en effet 17,1 % des immatriculations en entreprise au  3T2016, contre 17,4 % au 2T2016.
  • De son côté, le diesel reprend des couleurs, avec 78,8 % des immatriculations VP au 3T2016, contre 78,5 % au 2T2016.
  • Après deux trimestres consécutifs à la baisse, la part des immatriculations hybrides se stabilise à 3,1 % des immatriculations.
  • L’électrique, quant à lui, bute encore sous la barrière des 1 %, avec 0,94 % des immatriculations en entreprise.

Ce qu’il faut retenir sur l’ensemble du marché français (particuliers et entreprises) :

  • Sur le marché français, l’essence poursuit sa consolidation à 43,6 % des immatriculations au 3T2016.
  • Avec 52,5 % des immatriculations au 3T2016, le diesel ne concède que quelques dixièmes de point par rapport au 2T2016 (52,8 %).
  • La part des immatriculations hybrides remonte à 2,73 % au 3T2016 contre 2,65 % au 2T2016.
  • L’électrique diminue de 0,05 point à 1,07 % au 3T2016.

 

********************************************

 

Baromètre Energies : le diesel regagne du terrain au 2ème trimestre 2016

(Paris, le 8 juillet 2016)

 

Répartition des énergies Essence, Diesel, Hybride et Electrique dans les immatriculations de voitures particulières sur le marché des entreprises en France

Ce qu’il faut retenir :

 

  • Au 1er trimestre 2016, la part des immatriculations de véhicules particuliers essence en entreprises avait bondi à 18,1%. Au 2ème trimestre, cette part est en retrait de 0,7 point à 17,4 %.
  • La surprise vient du diesel qui regagne du terrain au 2ème trimestre pour atteindre 78,5 %. Cette hausse de 1,4 point s’inscrit après une baisse de 3,5 points au premier trimestre (pour atteindre 77,1%).
  • L’hybride s’incline pour le deuxième trimestre consécutif : cette énergie perd 1,2 point et représente maintenant 3,1 % des immatriculations VP. Un niveau pratiquement semblable à celui atteint à la fin de l’année 2014 (2,9 %).
  • L’électrique gagne quant à lui 0,05 point de part de marché au deuxième trimestre, à 0,97%. L’électrique passera-t-il le seuil de 1% au prochain trimestre ?

 

Répartition des énergies Essence, Diesel, Hybride et Electrique dans les immatriculations de voitures particulières sur l’ensemble du marché français (particuliers et entreprises)

 

 

  • En hausse depuis le début de l’année 2015, la part des véhicules particuliers essence stagne au 2ème trimestre 2016, à 43,4 %.
  • Après une longue baisse de sa part de marché, le diesel inverse la tendance au 2ème trimestre 2016 avec 52,8 % de part de marché.
  • La part des hybrides et des électriques fléchit au 2ème trimestre, pour atteindre respectivement 2,7 % et 1,12 % du marché.

 

*****************************

 

(Paris, le 13 avril 2016)

Baromètre Energies au 1er trimestre 2016 : l’essence se renforce au détriment du diesel

 

Répartition des énergies Essence, Diesel, Hybride et Electrique dans les immatriculations de voitures particulières sur le marché des entreprises en France

Ce qu’il faut retenir :

  • Après trois trimestres de baisse, le premier trimestre 2016 marque une nette hausse de la part de l’essence dans les flottes d’entreprise. Cette énergie gagne 3,8 points à 18,1%, sous l’effet combiné de la nouvelle fiscalité et des nouvelles gammes des constructeurs, plus orientées essence.
  • Le diesel perd quant à lui 3,5 points au premier trimestre, à 77,1% des immatriculations. Le durcissement de la fiscalité (hausse de 3,5 centimes d’euro sur le diesel au 1er janvier 2016), conjugué aux perspectives d’une règlementation plus contraignante sur la circulation en centre-ville et en cas de pic de pollution, semble avoir un effet dissuasif sur les ventes. Rappelons toutefois que, du point de vue des entreprises, la déductibilité de la TVA reste un atout en faveur du diesel, en particulier pour les gros rouleurs (+ de 18 000 km par an). Un facteur qui explique que la part de diesel est bien plus forte en entreprise que sur le marché français au global (52,2% des immatriculations).
  • L’hybride voit reculer sa part à 3,8% au premier trimestre, alors que l’électrique se renforce mais reste sous le seuil symbolique des 1% (avec 0,92% des immatriculations).

 

Répartition des énergies Essence, Diesel, Hybride et Electrique dans les immatriculations de voitures particulières sur l’ensemble du marché français (particuliers et entreprises)

Ce qu’il faut retenir :

  • L’essence accélère sa progression au 1er trimestre 2016, pour atteindre 43,3% des immatriculations.
  • Le diesel accentue fortement sa baisse au 1er trimestre : sa part chute à 52,2% des immatriculations.
  • L’hybride poursuit sa lente progression à 3,3% au 1er trimestre, tout comme l’électrique qui atteint 1,17% des immatriculations.