Les hybrides trop chers en Europe ?

(Paris, le 2 juin 2016)

 

Les constructeurs font preuve d’un bel engouement pour mettre sur la route des modèles hybrides, mais les consommateurs répondent-ils présents ? Pas vraiment à en croire les résultats d’une étude du cabinet de conseil GFK réalisée en Europe.

Selon ce cabinet spécialisé dans les études de marché, plusieurs freins handicapent le déploiement de ces modèles écologiquement corrects, au premier rang desquels un prix d’achat encore trop élevé. D’après l’analyse des catalogues des constructeurs, le prix d’entrée moyen en Europe ressort à 27 074 € TTC (rechargeable ou non), alors que le prix d’entrée moyen pour un véhicule essence ou diesel s’établit respectivement à 10 725 € et 13 601 € TTC, rappelle GFK. Le cabinet remarque en outre « un écart de prix significatif qui oscille de 3000 à 7000 € à modèle comparable et d’un pays à l’autre », en raison principalement de la présence (ou non) d’aides gouvernementales à l’achat.

Autre handicap pour les véhicules hybrides mis en avant par le cabinet, la baisse des prix des carburants qui ne permet pas de rentabiliser l’écart de prix entre les modèles. « Des prix plus abordables comparés à l’offre essence/diesel permettront de faciliter la pénétration de l’hybride sur le marché européen ainsi que l’émergence de nouveaux modèles », recommande la cabinet d’études.

Pour ces raisons (auxquelles s’ajoute également une problématique d’autonomie des véhicules et de rechargement), les véhicules hybrides ne représentent aujourd'hui que 1% de l’offre totale en Europe. GFK indique que cette part varie de 0,92% en Allemagne et 1,30% en Espagne. En France, le nombre de véhicules disponibles représente 1,02% de l’offre totale. Mais c'est dans l'Hexagone que le nombre de modèles disponibles reste le plus important en valeur absolue  (221 modèles), devant  l’Allemagne (166 modèles) et l’Espagne (146 modèles).

Compte tenu de la baisse des bonus à l’achat depuis le 1er janvier 2016 (*), le rythme des immatriculations a nettement ralenti. Les voitures hybrides ne représentent que 2,83% des ventes sur les cinq  premiers mois de 2016, contre 2,95% l'an dernier, selon les dernières statistiques du CCFA, alors même que le volume des immatricualtions a progressé de 6% (24 788 unités).

Sur le marché spécifique des entreprises étudié par l’Observatoire du véhicule d’entreprise, les immatriculations de véhicules hybrides n’ont progressé que de 2,9% depuis le début de l’année (5556 unités à fin avril) et ne représentent que 2,12% de ce marché. Les ventes d’hybrides non rechargeables sont particulièrement impactées par le repli avec une baisse de 13,3% à fin avril.

(*) Depuis le 1er janvier 2016, les bonus pour l'achat d'un hybride rechargeable sont fixés à 1000 euros (contre 4000 jusqu'alors) et les bonus sur les hybrides non rechargeables s'établissent à 750 euros (contre 2000 jusqu'alors).