Les immatriculations d'hybrides s’effondrent au 1er semestre en entreprise

(Paris, le 7 juillet 2016)

 

L’effondrement des immatriculations hybrides (VP+VU) est spectaculaire au 1er semestre 2016 sur le marché des entreprises. Celles-ci affichent en effet un recul de 8,1 % par rapport à la même période de 2015.

Avec 7 645 immatriculations, les hybrides représentent 1,87 % du marché au premier semestre, contre 2,53 % à la fin de l’année 2015.

Si les hybrides rechargeables restent en progression de 128,5 % sur les six premiers mois de 2016 (avec 1 739 immatriculations), les hybrides non rechargeables accusent quant à elles une baisse de 21,8 % (5 906 immatriculations).

La hausse des hybrides rechargeables peut sembler importante, mais elle est en fait relative dans la mesure où le rythme de progression était de 306,5 % à la fin de l’année 2015 !

Comment expliquer une telle baisse ?

La fiscalité mise en place au 1er janvier 2016 est moins favorable à l’hybride, puisque le bonus accordé aux modèles non rechargeables s'inscrit désormais à 750 € (contre un maximum de 2 000 € auparavant) et celui accordé aux modèles rechargeables chute à 1 000 € (contre 4 000 € auparavant). A noter que les hybrides diesels sont désormais exclus de toute aide de l’Etat.

Les chiffres sur le mix essence/diesel dans les immatriculations des entreprises sont d'ailleurs éloquents. Alors que le diesel représentait 44,05 % des immatriculations hybrides au premier semestre 2015, sa part s’est réduite à 20,95 % au premier semestre 2016 ! Dans le détail, il s'est immatriculé sur la période 6040 hybrides essence contre seulement 1600 hybrides diesel. Les statistiques des prochains mois confirmeront (ou non) cette tendance.