Michelin, c'est bien plus qu'un fabricant de pneus

(Paris, le 13 juin 2017)

Pour ses cent ans, en 1998 (autrement dit, au siècle dernier), le célèbre fabricant de pneus avait lancé le Challenge Bibendum. A l’époque, c’était un défilé de véhicules écologiques entre Clermont-Ferrand et Paris, avec une arrivée au Mondial de l’Automobile. Au fil des années, l’événement s’est professionnalisé, devenant une sorte de Davos de la mobilité durable, alternant entre l’Europe, l’Asie et l’Amérique du Nord. On y testait des prototypes en avant-première et on venait y écouter des experts. L’Observatoire du Véhicule d'Entreprise (OVE) a été partenaire de cet événement, notamment en 2011, lorsque la caravane de Michelin avait fait halte à Berlin.

En changeant de nom (Movin’On) et de format, Michelin espère à nouveau faire l’événement du 13 au 15 juin. Montréal a été choisi en raison de la volonté affichée par le Canada de faire progresser la mobilité verte. Un pied de nez au voisin, le climato-sceptique Donald Trump.

Pour l'édition 2017, l'accent est mis sur la mobilité électrique avec des Tesla autonomes de niveau 3 (modèles S et X), la navette électrique et autonome d'Easymile, le premier véhicule de course électrique et autonome (DevBot, participant au championnat Roborace, concomitant au Championnat de Formule E), la Hyundai Ioniq, les BMW i3 et i8, un bus à charge rapide (Proterra) ainsi que des tricycles électriques (UPS e-trike) et des vélos électriques (BMW, Michelin). L'hydrogène est aussi de la partie, avec la présence de la Green GT H2 ou du Kangoo H2 (Michelin étant actionnaire de Symbio, le fournisseur de la pile à combustible du range extender).

On y annonce aussi un certain nombre de personnalités, dont Jean Todt (FIA), Bertrand Piccard (Fondation Solar Impulse) et le patron de Michelin, Jean-Dominique Sénard. Des représentants de BMW, Dassault Systèmes, ENGIE, GM, Hyundai, IBM, PSA, Rinspeed, Toyota, Vulog interviendront dans le cadre de panels ou de conférences. On y parlera aussi bien du véhicule autonome que de l'hyperloop et des futurs véhicules volants,avec notamment l’ex-ingénieur de la NASA Mark Moore, qui a rejoint Uber Elevate.