Quelles mobilités en entreprise en 2020 ?

 La voiture est de plus en plus pointée du doigt pour ses méfaits en termes d’embouteillages urbains ou de pollution. Selon le dernier Tom Tom Traffic Index, les automobilistes parisiens ont perdu en moyenne 40 minutes chaque jour l’année dernière dans les bouchons.

Les groupes écologistes et un nombre croissant de grandes villes prédisent à la voiture des lendemains qui déchantent, quand ce n’est pas une interdiction pure et simple de circuler, surtout si la motorisation est thermique.

L’avenir, pour la vie de tous les jours comme pour la vie professionnelle, est résolument à la multimodalité les déplacements. La « mobilité » est devenue le maître-mot des professionnels de l’automobile, qui investissent directement ou nouent des partenariats avec des spécialistes des déplacements hors auto.

L’intention est certes louable, les initiatives nombreuses, mais le chemin risque encore d’être long pour changer les mentalités. La dernière étude de l’INSEE sur le «mode de transport des travailleurs en 2015» le prouve.

N’en déplaise aux automophobes, la voiture reste toujours –et de loin- le premier mode de déplacement des actifs en France. Sept Français sur dix l’utilisent tous les jours, alors que seuls 2 % d’entre eux vont travailler à vélo et que 6 % font de la marche à pied pour rejoindre leur bureau !

Les choses pourraient néanmoins changer et d’autres moyens de déplacements s’imposer. Les plans de déplacements entreprises (PDE), qui deviendront obligatoires en France le 1er janvier 2018 pour toutes les entreprises ayant plus de 100 salariés sur un même site, devraient contribuer à accélérer le mouvement.

L’Observatoire du Véhicule d’Entreprise (OVE) passe en revue dans son nouveau cahier, « Quelles mobilités en entreprise en 2020 ?»  les multiples initiatives qui se développement un peu partout dans le monde. Les systèmes multimodaux ont toutes leurs chances de s’imposer dans le milieu professionnel à condition d’être simples d’utilisation pour les collaborateurs et sûrs.

En outre le développement des nouveaux modes déplacements, comme l’auto-partage, devrait amener à ce que les véhicules soient plus utilisés. Ce qui augure d’une augmentation du rythme de renouvellement des voitures (une bonne chose pour les constructeurs) et de la mise à la route de modèles toujours plus vertueux (un bon point pour l’environnement). 

Thème: 
Mobilités
Date de publication: 
Février, 2017
Prix: 
40 €

Acheter ce cahier