L'étiquetage des pneumatiques

(Paris, le 1er décembre 2016)
 
 
Depuis 2012, tout pneu neuf est vendu muni d’une étiquette indiquant ses performances. 
 
Les étiquettes sont collées sur les pneus neufs ; à défaut, les manufacturiers doivent communiquer les performances de leurs produits in situ et sur Internet. Inspirés des étiquettes accompagnant les produits électroménagers neufs, les stickers donnent trois types d’informations :
 
Consommation de carburant (en haut à gauche de l’étiquette)
 
Le pneu sera noté de A à G, selon son coefficient de résistance au roulement. La différence entre un pneu noté A et un pneu noté G correspondra à environ 0,5 l/100km, soit 80 litres d’essence dans l’hypothèse d’un roulage annuel de 15 000 km (on parle donc de plus de 100 € d’écart pour une seule année !) ; pour mémoire, la résistance au roulement affecte d’environ 20 % la consommation de carburant. Les pneus dits « verts » devraient particulièrement performer sur ce critère.
 
Freinage sur route mouillée (étiquette partie droite)
 
Le pneu sera noté de A à F selon la distance de freinage mesurée sur route. L’écart entre la première et la dernière lettre équivaut à une distance d’environ 18 mètres soit la longueur de 4 voitures pour un test réalisé à 80 km/h ! Une différence conséquente !
 
Niveau sonore extérieur (en bas de l’étiquette)
 
Exprimée en décibels, cette donnée correspond au bruit émis par le pneu, mesuré à l’extérieur du véhicule. Les différences sonores seront là aussi très importantes, entre les pneus d’un 4x4 et ceux d’un véhicule électrique par exemple. La représentation d’ondes sonores avec le volume décibel indiquera si le pneu est peu, moyennement ou plutôt bruyant par rapport à sa catégorie.
 
 
Pour aller plus loin :