Le diesel reste une valeur sûre pour les gestionnaires de parcs

 

(Paris le 20 janvier 2016)

Après une chute brutale des immatriculations durant le premier trimestre 2015 sur fond de discours anti-diesel et de menaces de mesures contre les véhicules roulant au gazole, le calme est revenu du côté du diesel.

Sur le marché national (particuliers et entreprises), la part de marché du diesel sur le segment VP, qui était tombée sous les 60% au premier trimestre 2015, s’est ensuite plus ou moins stabilisée autour des 58% pour finalement terminer l’année à 57,2% (quatrième trimestre 2015). Il n’y a donc pas eu de nouveau décrochage brutal du diesel au cours de l’année.

Le constat est identique sur le marché du véhicule d’entreprise, puisqu’après la chute enregistrée début 2015 (la part de marché du diesel est passée de 85,8% à 80,2% entre le dernier trimestre 2014 et le premier trimestre 2015), le marché s’est stabilisé sur les trimestres suivants.

Part des immatriculations diesel au sein des flottes d’entreprise en 2015

(Véhicules particuliers de moins de 3,5 tonnes)

                                                        Source : AAA-Data, retraitement OVE

L’analyse des derniers mois ne montre aucun changement de tendance sur le marché entreprise et souligne même une légère accélération des ventes de véhicules diesel, avec une progression de 1,1% à fin octobre, 2,2% à fin novembre et 3,8% à fin décembre. Fin 2015, la part de marché du diesel sur le segment des véhicules particuliers (VP) en entreprises atteignait 80,61% et 87,35% en incluant les véhicules utilitaires (VU).

Ces chiffres sont la preuve que les modèles diesel restent appréciés des gestionnaires de flottes, en raison de leurs qualités pour les gros rouleurs (les entreprises parcourent en moyenne 30 000 kilomètres par an). Il n’y a donc pas de risque d’un basculement trop brutal pour les constructeurs en faveur de modèles essence, puisque ces derniers ne répondraient qu’à certains usages et qu’à certaines lois de roulage dans les entreprises (principalement les trajets de moins de 20 000 km, ce qui ne constitue pas la majorité des déplacements professionnels).

Top 10 des véhicules diesel en entreprise en 2015

(Segment des véhicules particuliers de moins de 3,5 tonnes)

                                                                                         Source : AAA-Data, retraitement OVE