Qu'est-ce que l'Adblue ?

(Paris, le 2 novembre 2016)

 

La technologie SCR (Selective Catalytic Reduction) utilisée pour traiter les émissions d’oxydes d’azote (NOx) n’a pas encore été adoptée par toutes les marques, certaines préférant notamment le recours à des pièges à NOx. Seuls Peugeot, Citroën, Mercedes, Audi et quelques autres sur certains modèles ont recours à cette technologie SCR, laquelle nécessite l’utilisation de l’Adblue. Il s’agit d’un additif composé d’un tiers d’urée et de deux tiers d’eau déminéralisée. En raison de sa composition, l’Adblue est biodégradable, soluble dans l’eau et incolore mais il peut être irritant sur la peau.

A bord d’une voiture, cette solution aqueuse est stockée dans un réservoir annexe, séparé de celui du gazole. Ce réservoir peut contenir de 17 à 27 litres de cet additif, selon les marques et les modèles. La quantité d’Adblue consommée représente de 0,5 % à 2,5 % du gazole utilisé par le moteur (en fonction de l’environnement routier, du style de conduite et du nombre d’arrêts « moteur tournant »). En fonction de la conduite, un appoint doit être envisagé entre 7 000 et 10 000 km. Si le réservoir d’Adblue est vide la voiture ne démarrera pas. Le prix d’un bidon de 5 litres ou 10 litres se situe entre 15 et 25 euros et dépend notamment du coût de l’urée de haute qualité qui entre dans la fabrication de l’Adblue.

Il existe deux types d’orifices de remplissage :

  • sur les prochaines versions de modèles utilisant cette technologie, l’orifice de remplissage à bouchon bleu se situera à côté de l’orifice de remplissage du réservoir de gazole. Le remplissage ou l’ajout pourra se faire par bouteille, bidon et pistolet.
  • sur les générations précédentes, un orifice de remplissage pouvait se situer dans une trappe dans le coffre du véhicule. Cet additif pourrait prendre une véritable importance. Pour atteindre les objectifs d’abaissement des émissions de NOx, on indique chez PSA que la consommation d’Adblue va augmenter sur les futurs véhicules en raison de la proportionnalité directe existant entre la consommation d’Adblue et la réduction des NOx. Si aujourd’hui, la consommation d’Adblue par un véhicule est calée et en phase avec les intervalles de vidanges tous les 20 000 à 25 000 km, avec les prochaines normes anti-pollution, les intervalles passeront entre 5 000 à 12 000 km ; soit deux fois plus souvent pour un automobiliste ayant une conduite douce et trois plus souvent en cas de conduite plus énergique.

 

 

A lire également :